Vous êtes ici : Accueil > Nos dossiers > Énergies > Nucléaire > Carte de contamination Fukushima
Publié : 22 février

Carte de contamination Fukushima

La carte citoyenne de la
contamination radioactive du Japon

Carte de contamination
Cette carte est l’aboutissement de six ans de travail collectif de « Mina-no-data-site » réseau des 33 centres citoyens de mesures de la radioactivité nés dans diverses régions du Japon après la catastrophe de Fukushima. C’est un résumé des résultats des mesures effectuées par 33 centres de mesures citoyennes à partir d’échantillons prélevés du sol sur 3 400 lieux par 4 000 bénévoles entre 2014 et 2017.

La démarche officielle
Une loi adoptée cinq ans après l’accident de Tchernobyl stipulait qu’il était de la responsabilité de l’Ukraine, de la Biélorussie et de la Russie de mesurer la radioactivité de l’air (μSv/h) et des sols (Bq/m2). Les autorités devaient alors utiliser les données recueillies afin d’établir des critères pour une politique de relogement et de dédommagement. La législation liée à Tchernobyl garantissait des droits de relogement et d’indemnisation aux résidents des zones dans lesquelles les doses reçues étaient estimées supérieures à 1 mSv/an.

Mais au Japon, après l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, les mesures des sols se limitèrent plus ou moins à la seule préfecture de Fukushima. De surcroit, les chiffres publiés par le gouvernement sur les retombées de césium au sol et sur les doses dans l’air à un mètre du sol n’étaient que des estimations ; c’est pourquoi la méthode utilisée ne permettait pas de connaître le réel degré de contamination des zones habitées.

Les cartes de surveillance des aéronefs publiées par le ministère de l’Éducation, de la Culture, et des Sciences et de la Technologie et la Commission de la régulation nucléaire sont converties en fonction des doses aériennes mesurées à 300 m au-dessus du sol et sont beaucoup moins précises que les estimations en Becquerel sur le terrain de cette carte de « Mina-no-data-site » qui est unique jusqu’à présent en tant qu’une carte en becquerel d’après des échantillons réels.

Après l’accident, dans tout le Japon, des citoyens se sont interrogés sur les évaluations fournies par le gouvernement japonais quant à l’exposition de la population aux radiations et sur la fiabilité des mesures officielles et des méthodes pour informer la population japonaise. Avec l’objectif de réduire l’exposition des citoyens à la radioactivité, les militants de mesures ont créé « Minna-no-Data-Site », un réseau bénévole de laboratoires de mesures de radioactivité, afin de piloter des analyses indépendantes sur la nourriture et de les communiquer au public.

Mina-no-data-site
Afin de corriger ce manquement, « Minna-no-Data-Site » a sollicité la coopération de nombreux citoyens à travers tout le pays, pour aider à réaliser un projet de mesure des sols, afin de saisir pleinement la réalité des retombées radioactives dans l’Est du Japon (sauf à Hokkaido) consécutives à la fusion des cœurs de trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi.

À partir d’octobre 2014, pendant trois ans, ils ont mesuré la concentration de radioactivité (césium 134 et césium 137) dans les sols (en Bq/kg), dans le cadre du Projet Mesure des sols de l’Est du Japon. Les résultats ont été mis en ligne sous la forme d’une série de cartes.
Les résultats de leur enquête ont révélé que la contamination était loin de se limiter à la seule préfecture de Fukushima et que des zones radioactives seraient désormais inhabitables pendant plusieurs milliers d’années.

La carte en français
La version française a été créée en insérant des cartes de pollution des trois régions, Fukushima, Tochigi et Tokyo à partir de la courte version anglaise. La raison pour laquelle cette carte est importante est qu’elle mesure la radioactivité du sol, pas la dose aérienne, de sorte que vous pouvez voir la quantité de contamination de manière beaucoup plus fiable que la dose aérienne. La mesure est la valeur totale du césium 134 et 137, et la valeur pour mars 2011 est estimée et affichée par un calcul d’atténuation.

Le contenu comprend trois cartes agrandies de Fukushima, de Tochigi et de Tokyo estimées pour mars 2011. Les autres pages présentent la valeur estimée en 2020 et la valeur estimée pour 100 ans. Si vous allez sur le site Minna-no-Data site, vous pouvez voir toutes les cartes de mesures des 17 départements du Tohoku, Nord-Est du Japon.

Références
Format A4. 24 pages en couleur. Édité par ECHO-Echanges.
Postface : Bruno Chareyron, CRIIRAD
Soutiens financiers du Réseau Sortir du nucléaire.
Le prix de vente est de 5 euros. Les bénéfices nets seront reversés à « Minna-no-Data site ». https://en.minnanods.net (site en anglais)
Contact : minnanods@gmail.com
La carte se vend à la boutique du site Réseau Sortir du Nucléaire : https://boutique.sortirdunucleaire.org/index.php
ou commandez directement à ECHO-Echanges :
echoechanges@wanadoo.fr (commande minimum à partir de 5 ex)